Bandcamp, site Web pour musiciens indépendants

J’ai récemment découvert Bandcamp grâce à Twitter et un lien qui circulait vers le profil d’Alexandra Streliski. Le concept me paraissait intéressant et j’ai décidé de l’essayer avec mon propre matériel musical.

C’est un site qui permet aux artistes de promouvoir leur chansons et de les vendre sans intermédiaire. Les chansons peuvent être téléchargées dans une multitude de formats (MP3 320k, FLAC, Ogg, etc.) et le paiement est transmis par Bandcamp vers un compte Paypal. Rien de plus simple.

Avantages financiers

C’est un net avantage si on compare aux alternatives qui se gardent toujours une part importante du prix de vente et nécessitent un minimum de revenus (souvent 50$) avant de transmettre un paiement. Bien sûr, le fait d’avoir un album en vente sur iTunes va probablement générer plus de trafic, mais rien n’empêche d’avoir les deux.

Pour les mélomanes

Si l’on compare aux formats audio proposés par iTunes, Bandcamp gagne haut la main :

  • MP3 320k
  • FLAC — Free Lossless Audio Codec, compression audio sans perte.
  • MP3 VBR — Variable Bit Rate ou taux d’échantillonnage variable.
  • AAC — Advanced Audio Coding (‘Encodage Audio Avancé’ en français).
  • Ogg Vorbis — algorithme de compression ouvert et libre, plus performant que le format MP3.
  • ALAC — Apple Lossless Audio Codec, un format d’encodage sans perte compatible iPod.

Un environnement supérieur à MySpace

De plus, comme environnement promotionnel, Bandcamp c’est à mon avis ce que MySpace aurait dû devenir avec le temps. Une interface axée sur le contenu, un URL court et évocateur, la possibilité d’organiser les chansons par albums, de les télécharger dans plusieurs formats, de fixer un prix ou de laisser l’internaute fixer son propre prix.

Je vous invite à visiter mon Bandcamp

1 comment(s)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *